décembre 2019
L Ma Me J V S D
« jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Blog Post

La dernière étape de notre voyage commence. Nous venons de terminer notre mission humanitaire d'un mois à Bariloche (expérience géniale ! ) et faisons cap vers le Sud : Perito Moreno et Torres del Paine avant de remonter doucement vers Buenos Aires.

Pour ce qui est des réactualisations blog, le Pérou est finalisé et la Bolivie est en cours.

A très bientôt,
Amélie et Teo

PostHeaderIcon L’Australie, un pays hors norme

Après l’Asie, back to reality ! Finis les cocktails au bord de la plage, les chambres doubles avec vue sur mer à 10 euros, les baignades faciles dans des eaux à 30°c, nous voici de retour dans un pays occidentalisé où un simple lit dans un dortoir (“dorm” pour les Aussies) de 6 personnes coûte près de 20 euros… Dur dur dans la vie d’un routard au budget quotidien de 30€.

Hormis le coût de la vie plutôt élevé, voici les trois autres points qui nous ont marqués concernant ce pays continent qui nous laissera au final plein d’excellents souvenirs et surtout plein d’aventures…. 1) La démesure, 2) « Into the Wild », 3) L’Australian way of life

1) Démesure :

Par sa taille d’abord : l’Australie, c’est 14 fois la France en superficie et un tiers en population, soit une densité de 2 hab / km2. Comme nous dira Glenn, premier australien croisé sur notre route : « While beauty of Europe is its cultural heritage, beauty of Australia is emptiness ». Que c’est beau ! Un autre chiffre impressionnant : le pays possède plus de 25 800 km de côtes et plus de 7 000 plages. Malheureusement, toutes ne sont pas propices à la baignade…

Par sa nourriture ensuite (comme aux US), avec ses hamburgers XXL et une population un peu “fat” au premier coup d’oeil…

Par ses road trains enfin (camions à plus de trois remorques) qui font parfois plus de 50 mètres de long et mènent la vie dure aux routards nouvellement automobilistes (et oui, pas le choix dans ce pays que de louer une voiture ou un van…)

2) « Into the Wild » :

On nous avait prévenus que l’Australie pouvait avoir des côtés sauvages voire hostiles (en témoigne notre lecture du mois Cul de sac de Douglas Kennedy), nous ne serons pas déçus ! L’Australie rassemble des espèces uniques au monde plus étranges les unes que les autres s‘expliquant par l’isolement du pays depuis plus de 45 millions d’années vs 15 000 ans pour les autres continents. Parmi les plus célèbres, nous citerons les kangourous et wallabies (et leur bond légendaire, moyen efficace de parcourir de longues distances pour trouver une maigre nourriture), les koalas (dormant plus de 20 heures par jour sur leurs branches d‘eucalyptus), les dingos (chiens sauvages proches du loup fréquents dans les parcs du Northern Territory), les ornithorynques (mammifères marins pondant des œufs), le lézard à collerette (toujours impressionnant en photo avec sa peau autour du cou qui se déploie pour faire fuir l‘ennemi).

Tout au long de notre voyage, des avertissements seront là pour nous rappeler les dangers qui nous entourent. Nos meilleurs exemples : les centaines d’affiches au km2 de Kakadu nous implorant d’être “crocwise” devant l’omniprésence des “estuarine crocodiles” (espèces protégées par le gouvernement australien). Les boites de vinaigre sur les plages de la côte Est pour fournir un premier soin contre une éventuelle piqûre des dangereuses méduses-boites : ces dernières infestent les côtes et imposent le port d’une combinaison entre octobre et mars (pas très glamour tout ça !), heureusement nous l’éviterons… Les filets anti-requins bien moins mis en avant que les mesures de protection contre les méduses et les crocodiles. Et oui, même si l’Australie rassemble les trois seules espèces de requins dangereuses au monde (sur 350… pas de chance), le gouvernement préfère rester discret sur le nombre de victimes pour préserver son capital touristique évalué à 5 milliards d’euros par an (dixit l’exposition Great White Shark by Vic Hislop à Hervey Bay où nous verrons des photos d’humains retrouvés dans l’estomac des requins, ouvert pour l’occasion, mais déclarés noyés par les autorités pour minimiser les statistiques). Les panneaux de randonnées présentant les mygales et les serpents qui peuplent les “walking tracks” des parcs nationaux ainsi que… les campings (d’où le conseil bien avisé de toujours regarder où l’on marche que ce soit en randonnée ou en plein milieu de la nuit pour une envie pressante….). Les cadavres des kangourous qui longent les grandes routes et rappellent aux conducteurs le danger de conduire la nuit : les kangourous attirés par les phares se jetteraient sur les véhicules…

3) l’Australian way of life

Ce qui caractérise les Australiens c’est aussi leur attitude. Cool and fun, ils ont vraiment la positive attitude et adorent chatter. Un d’jeuns australien nous racontera le désespoir de sa sœur expatriée au Luxembourg devant le manque de communication des gens du Nord. En Australie, tout est prétexte pour engager la conversation et plusieurs fois, nous nous sommes retrouvés coincés dans des longues files d’attente, le temps que les conversations se terminent. Heureusement, nous ne sommes pas pressés !

En même temps, rien d’étonnant à cette positive attitude. Au premier regard, on a l’impression qu’ils ont tous la vie belle avec une grande maison, le 4×4 familial équipé du traditionnel bbq pour les week-ends campings et un bateau pour aller pêcher le fameux barramundi.

Coupés du monde, ils semblent loin des préoccupations actuelles et surtout de la crise économique. Avec un salaire mensuel aux alentours de 4 500 dollars australiens (soit 3000 euros), ils sont la seule économie développée à avoir éviter la récession et affichent un taux de chômage inférieur à 5%. On comprend alors qu’ils attirent autant les expats et les Working Holidays. Notre road trip sera l’occasion de rencontrer nombreux de ces derniers alternant travail saisonnier et découverte du pays…

Enfin, nous serons légèrement déçus par deux choses. Premièrement, leur look, loin du look fashion des cités balnéaires, mais plus un savant mix entre le casual sportswear américain en semaine et le look à l’anglaise des adolescentes les vendredis et samedis soir. Une expat nous racontera d’ailleurs les “3i” de la mode australienne : it fits, it’s cheap and i don’t care. Deuxièmement, le côté un peu rude des femmes australiennes, qui plusieurs fois, réprimanderont le pauvre Teo pour sa conduite quelque peu cavalière. Et oui, en Australie, on respecte les règles et la signalisation. Pas du U-turn dans les carrefours, ni de stationnement sur les bas-côtés le temps de se repérer…

Pour faire face à ces quatre côtés de l’Australie, il nous a fallu nous adapter :

- Coût de la vie : pas d’autre choix que de camper et de faire notre popote. Nous passerons ainsi nos premiers jours à Darwin à constituer notre équipement camping (glacière, réchaud, poële, casserole et couverts en plastique) et feront nos courses tous les 3-4 jours chez Woolworth et Coles, nos deux supermarchés préférés avec au menu: hamburgers, spaghettis bolo, poulet au curry etc…

- La démesure : devant le nombre de kms à parcourir (8000 en moins de 5 semaines…), nous louerons une voiture tout confort pour traverser les terres reculées de l’Outback australien (entre Darwin et Alice Springs) et un campervan, si typique du backpacker / surfer australien, pour la descente de la côte Est (Cairns-Sydney).

- Into the wild : très vite, nous avons adopté les bonnes pratiques prônées par les rangers australiens. Ne pas conduire au lever / coucher du soleil (risque de traversée des animaux). Ne pas manger à même le sol (challenge quand on n’a pas de table de camping…). Ne jamais laisser les chaussures en dehors de la tente (au risque qu’un dingo ne les récupère) et bien sûr, bien les secouer avant de les enfiler. Prévoir un stock d’essence et de nourriture dans le cas où on tomberait en panne. Ne pas camper à moins de 50 mètres d’une rivière. Observer la mer avant de se baigner et ne pas y aller si des bancs de poissons sautent à la surface, signe qu’ils peuvent être poursuivis par un … requin

- Australian way of life : la coolitude ambiante sera pour nous l’occasion de rencontrer plein d’australiens et d’apprendre avec eux leurs expressions typiques de langages dont ils sont très fiers : hey mate, g’day, no worries, how ya go’n, Oz (pour Australie), Aussies (pour Australien), woolies (pour Woolworth)…

Et maintenant, le détail de nos aventures dans les articles qui suivent

6 réponses à to “L’Australie, un pays hors norme”

  • Zyz dit :

    Waouh, what a burger !
    Teo, t’as trouvé plus gros que le burger du Jackson Hole à New York ou pas?

    P.S : bravo aux loosers qui ont oublié ton anniv… ;-)

  • Sandie dit :

    Et nous on nous dit rien.
    Résultat on a zappé l’anniv de Téo !
    Bon anniv et gros bisous à tous les deux.
    Sandie & GG

  • Bruno dit :

    Un petit peu en retard (mais promis j’y ai pensé avant), je te souhaite un très bon anniversaire.
    Que de souvenirs l’Australie… Merci pour ces bons moments partagés ! Une bise à mes amis les Kangourous et les émeux et à vous bien sûr !

  • Steph dit :

    Loin des yeux, pas du coeur !!!
    HAPPY BIRTHDAY TEO !
    Bises

  • Touf dit :

    Hey Teo, bon anniversaire !

    et sinon les trous du crus ont leur blog (pas aussi fourni que le votre !), il n’attends que ton retour ;)
    Bises

    Touf

  • Jennifer dit :

    Hello !
    Juste un petit message pour souhaiter un bon anniversaire à Téo.
    Les filles se joignent à moi.
    Bises à tous les 2

Laisser un commentaire