décembre 2019
L Ma Me J V S D
« jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Blog Post

La dernière étape de notre voyage commence. Nous venons de terminer notre mission humanitaire d'un mois à Bariloche (expérience géniale ! ) et faisons cap vers le Sud : Perito Moreno et Torres del Paine avant de remonter doucement vers Buenos Aires.

Pour ce qui est des réactualisations blog, le Pérou est finalisé et la Bolivie est en cours.

A très bientôt,
Amélie et Teo

PostHeaderIcon Katherine et le transfert vers le centre (16 juillet)

Après nos cinq jours de camping dans les parcs du nord, nous fonçons vers Katherine réputée pour ses gorges et ses sessions canoë. Et oui, pas de “salties” à Katherine mais uniquement des gavials (crocodiles d’eau douce) bien moins féroces mais tout aussi protégés par le gouvernement australien. Après 3h de route, un ravitaillement au supermarché du coin (la glacière est en effet une vraie piscine…), nous passerons une nuit au camping des Edith Falls (plutôt moderne après Kakadu avec ses barbecues et son absence de moustiques…) puis deux nuits au camping encore plus moderne des Katherine Gorges. On se croirait presque au camping des Flots Bleus avec la piscine autour de laquelle s’enchainent les apéros, les barbecues au milieu des tables à pique-nique et surtout l’animation du soir, Greg et Julia, qui viennent pousser la chansonnette de 19h à 21h. Beaucoup moins sauvage, il est vrai, que nos précédentes expériences… Mais on doit avouer que, finalement, on a bien aimé. Un peu de confort, ca fait de mal à personne !!!

Ces trois jours furent du coup bien agréables. Nos trois activités phares seront :

- La rangers’s talk du premier soir (on est désormais des habitués) où nous serons priés de ne pas nous baigner à partir de 19h pour laisser le temps aux crocos de profiter eux-aussi des bassins (on irait presque plaindre ces animaux, facilement effrayés, nous dit-on, par les bruits des humains).

- la promenade de 2 heures pour atteindre une très belle piscine naturelle où nous resterons à bronzer 3 heures sur les rochers (ca faisait longtemps…)

- et bien sûr la promenade de 4 heures en canoë qui sera l’occasion pour Teo de redorer son blason de canoeur après l’expérience un peu ratée de Seraya… (rappelez-vous le canoë qui prend l’eau…). Seule déception de cette balade fabuleuse : toutes les plages sont réservées aux crocos qui y font leurs nids. Pas de baignade pour l’Ameteo qui heureusement en avait bien profité la veille…

  

  

   

  

La balade terminée, nous prenons nos clics et nos clacs, faisons une halte au Subway (on profite de la civilisation pour se faire un petit plaisir) et nous voilà partis pour un jour et demi de route au milieu de l’outback afin de rejoindre Alice Springs et son fameux rocher.

Pas grand-chose à dire sur cette traversée, si ce n’est que nous parcourons 1 300 kms sur une autoroute proche des nationales françaises (à une seule voie, sans glissière de sécurité ni tél de secours… évidemment le portable ne capte pas, trop facile !), que nous aurons la chance de ne pas croiser de kangourous (nous essayons en effet de nous arrêter à la nuit tombée), que les stations essence sont parfois distantes de plus de 200 kms (il ne s’agit pas d’en rater une par mégarde), que la majorité des villes sur le chemin sont des relais routiers tout droit sortis des road-movies américains composés au plus d’une station essence, d‘un bar et d’un camping (nous y tenterons ainsi la tourte à la viande entourée de routiers quelque peu éméchés… une expérience !) et que le doublement des road-trains est en effet une épreuve… Teo, après 10 minutes coincé derrière un road train, tentera ainsi le doublement à l’australienne : un road train… de plus de 100 mètres… roulant à 100km/h…au milieu d’une côte. Ca se tentait en effet mais c’était sans compter sur le manque de reprise de notre voiture à boite automatique qui mettra bien 1 minute à atteindre les 130 km/h souhaités pour le doublement, ni sur la voiture qui surgira en face d’on ne sait d’où… No comment, nous nous en sortirons sans heurts et avec pas mal de rigolade…

   

    

  

   

Laisser un commentaire