décembre 2019
L Ma Me J V S D
« jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Blog Post

La dernière étape de notre voyage commence. Nous venons de terminer notre mission humanitaire d'un mois à Bariloche (expérience géniale ! ) et faisons cap vers le Sud : Perito Moreno et Torres del Paine avant de remonter doucement vers Buenos Aires.

Pour ce qui est des réactualisations blog, le Pérou est finalisé et la Bolivie est en cours.

A très bientôt,
Amélie et Teo

PostHeaderIcon Nos premiers pas sur la Côte Est (25 Juillet)

Notre dernière nuit dans le Red Center se passe à Stuart Wells (et oui, pour la 2ème fois) pour apprécier une dernière fois les performances vocales de Dinkie et surtout profiter d’un emplacement de camping gratuit avant de prendre l’avion le lendemain.La voiture garée dans le parking d’Europcar et les extra 1000 kms payés, nous voici à nouveau piétons ou plutôt vagabonds dans le hall de l’aéroport avec tout notre attirail. On utilisera même notre réchaud dans le jardin botanique de l’aéroport histoire de se préparer un dernier petit déj le temps d’attendre notre avion. Plus rien n’arrête l’Améteo !

Nous atterrissons à Cairns sous la pluie, chose que nous n’avions pas prévue. On espérait un beau temps d’été pour rattraper les températures des nuits du centre. A ce sujet, on retrouve Olivier à la sortie de l’avion, rencontré au camping de Kings Canyon et qui avait beaucoup souffert du froid. On se rappelle encore son ras-le-bol, pour rester correct, lorsqu’il tenta de chauffer son thé avec son réchaud portatif par 5°C. On lui propose évidemment de partager un taxi pour rejoindre nos guesthouses respectives. Une fois Olivier déposé, notre chauffeur de taxi nous conseillera un dorm tout confort : le 149 Caravella’s où nous dégoterons (négociation oblige) une chambre double à 55$ et des coupons pour un dîner gratuit dans un bar branché de Cairns:  le Wooshed. C’est notre première rencontre avec la jeunesse australienne de la côte est. Tout d’abord, c’est la Chistmas party (normal, on est en juillet !) avec tous les mecs coiffés d’un bonnet de père noël et les filles habillées en sexy mère noël (malheureusement, loin de la silhouette de Nicole Kidman). Nous dégusterons ainsi notre excellent plat de pâtes dans une ambiance survoltée digne des meilleurs pubs londoniens !

Le lendemain, c’est jour de repos, à nouveau sous la pluie (c’est ça le climat tropical) avec au programme réactualisation du blog en profitant du Wi-Fi du McDo. Le repère des backpackers australiens et français (on se croirait sur la côte d’Azur) par excellence !

Enfin, le jour d’après, c’est le jour J : premier jour de location de notre van que nous avons soigneusement sélectionné la veille selon deux critères finement étudiés : l’ancienneté (il ne s’agirait pas de tomber en panne avec le véhicule étant donné nos compétences de mécanique) et le design extérieur (quitte à avoir une nouvelle maison pendant deux semaines, autant qu’elle soit jolie !). Seule déception : pas de boite automatique dans ces camionnettes ; ce qui explique le démarrage chaotique de Teo, en sursaut, devant la nana de l’agence, qu’on pourrait qualifier d’interloquée… Certes un peu anxieux à l’idée de ne pas avoir pris d’assurance (budget oblige…), nous nous lançons tout de même dans l’aventure, confiants que tout ira bien…. Ou presque !

Une fois le traditionnel ravitaillement Woolworths opéré et nos bagages récupérés à Caravella’s, nous attaquons les Atherton Tablelands (petit massif à plus de 1000 mètres d’altitude) pour rejoindre notre première destination : le lac Eacham.

En y réfléchissant, nous aurions pu choisir plus facile comme première destination car entre la côte à 10°C, la taille du véhicule, la conduite à gauche et surtout les vitesses à passer de la main gauche, ca devient sportif. Teo, gentleman comme toujours, multipliera les arrêts sur le bas côté pour laisser passer les dizaines de voiture amassées derrière lui… Heureusement que les paysages, que nous traversons, sont magnifiques, dignes des pâturages verdoyants de Normandie avec ses belles vaches laitières. Arrivés à destination (enfin !), se pose la question existentielle de savoir si nous allons passer la nuit en camping entouré de dizaines de caravanes et payer 20$ l’emplacement ou si nous choisissons l’option du camping sauvage permettant de dormir en pleine nature à moindre coût. Bien que cette option soit strictement interdite en Australie, où des rangers patrouillent devant les bons spots pour verbaliser les mauvais élèves, nous prenons le risque ! Nous poserons ainsi notre campervan juste devant le lac Eacham au milieu du Crater Lake National Park. Aventurier mais pas fou, Teo se réveillera à 7h du mat’ pour guetter le ranger… qui ne viendra pas. Si nous nous en sortons correctement pour le camping sauvage, cette attente matinale nous coutera une batterie à plat : Teo ayant laissé le contact sur on pour profiter de la musique alors qu’il faisait le guet… Heureusement pour nous, nous sommes garés en pente et surtout à côté de cow-boys australiens, la cinquantaine, tout droit sortis du bush qui viendront à notre secours et démarreront le véhicule en deux temps trois mouvements. Ils ne nous laisseront pas partir avant de nous dispenser une formation express en mécanique (toujours utile pour notre périple) et nous recommanderont de laisser le moteur tourner le temps que la batterie se recharge. C’est ainsi que nous serons réduits à visiter les cascades à tour de rôle. Façon originale mais peu productive de visiter une région !

Une fois ces mésaventures des premiers jours passés, nous voici prêts pour partir à l’assaut de la côte est. Les maîtres mots seront : camping en pleine nature, repas pique-nique au cul du camion et beaucoup de kms…

Laisser un commentaire