décembre 2019
L Ma Me J V S D
« jan    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Blog Post

La dernière étape de notre voyage commence. Nous venons de terminer notre mission humanitaire d'un mois à Bariloche (expérience géniale ! ) et faisons cap vers le Sud : Perito Moreno et Torres del Paine avant de remonter doucement vers Buenos Aires.

Pour ce qui est des réactualisations blog, le Pérou est finalisé et la Bolivie est en cours.

A très bientôt,
Amélie et Teo

PostHeaderIcon Nos meilleurs moments sur la Côte Est (27 juillet)

En résumé, voici un petit condensé de nos meilleures expériences sur la Côte Est

Magnetic island ou la journée la plus longue (jour 4)

Levés sur les coups de 6h30 pour choper un ferry direction Magnetic Island (connue pour ses koalas et ses 22 baies qui en font un cadre paradisiaque pour se promener de plage déserte en plage déserte), nous arrivons sur l’île, notre petit dej en poche vers 8h du matin. Pour rejoindre notre première walk, nous tentons, pour la première fois de notre voyage, l’autostop. L’Australie étant des pays les plus safe au monde, nous osons ! Après 5 minutes d‘attente le pouce levé, nous tombons sur un australien originaire de Melbourne en vacances chez son frère. Alors que nous commençons à nous réjouir de la chance d’être tombé sur lui, il nous apprend qu’il est en route vers chez lui, trop fatigué de sa cuite au vin rouge de la veille. No comment ! Nous arrivons à bon port au départ de la Forts Walk, marche d’1h au milieu d’un ensemble de forts construits pendant la seconde guerre mondiale pour repérer l’ennemi japonais (une de nos premières visites historiques dans ce pays !). Mais finalement, ce qu’on retiendra de cette randonnée, c’est notre rencontre avec les koalas se reposant sur les branches d’eucalyptus au bord du chemin. Amélie est sous le charme. Les photos parlent d’elles-mêmes. Pour nous rafraichir, nous prenons la direction de la côte de l’île pour passer l’après midi sur les trois baies du nom d’Arthur, Florence et Horseshoe. A 18h, nous commençons à nous activer pour prendre le dernier bus censé nous ramener au port 10 minutes avant le départ du dernier ferry. C’est là que tout bascule ! Après 45 minutes d’attente à l’arrêt de bus et un chauffeur incapable de passer la seconde, nous arriverons à l’embarcadère avec une petite dizaine de minutes de retard, juste le temps de voir le ferry partir sous nos yeux. Nous sommes, pour parler vulgairement, sur le cul ! Comment dans un pays aussi organisé que l’Australie, est-il possible de se retrouver coincés sur une île sans bien sûr aucun bagage pour passer la nuit. Nous débattrons de ce point longtemps avec Olivier (rappelez-vous le taxi de Cairns) et Elodie (une de ses cops) coincés comme nous. Heureusement, malgré une altercation entre Elodie et le chauffeur de bus niant sans vergogne toute responsabilité, nous nous en sortirons modulo un extra 30$ et un ferry de la compagnie concurrente qui nous ramènera à Townsville une bonne heure après. Tout est bien qui finit bien, vous direz nous. Et bien non ! Non seulement le ferry nous ramène à plus d’1 km de là où est garé notre van mais surtout ce dernier est garé dans le parking de la première compagnie… fermé pour la nuit. Nous nous retrouvons ainsi SDF, sans affaires ni endroit pour dormir. La loose ! Perdu pour perdu, nous passerons la soirée avec Olivier et Elodie, autour d’un bon petit diner chinois entourés des fêtards australiens du vendredi soir. Une heure du mat et beaucoup de rigolades passées, ils nous ramèneront à notre parking et nous aideront, sous les regards de la caméra de sécurité, à escalader le portail selon la bonne vieille technique de la courte échelle. Le lendemain, nous profiterons de notre position stratégique sur le parking pour se faire rembourser après un bon petit scandale à la française. Enfin, tout est bien qui finit bien !

Whitsunday Islands et la célèbre plage de Whitehaven Beach (jour 7)

Enfin quelques jours de repos bien mérités : pas de route, pas de camping, ni même de van. Nous garons ce dernier tôt le matin à Airlie Beach avant de prendre le bateau, ou plutôt le canoe, pour les îles paradisiaques des Whitesundays (sommets émergés de montagnes de corail, ces île proches du continent font partie de la Grande Barrière). En effet, après une petite matinée passée à comparer les offres des dizaines de travel agents de la rue principale, nous déciderons de zapper le package type 3 jours-2 nuits sur un bateau blindé de backpackers victimes du mal de mer et préférerons l’option Ocean Rafting avec qui nous négocierons de nous faire déposer sur l’île de Long Island (île occupée uniquement par deux hôtels, le reste étant à l’état sauvage).

Notre expérience d’Ocean Rafting ne sera pas sans nous rappeler la session plus que sportive du snorkeling indonésien avec les parents de Teo. A bord d’un énorme zodiac boosté par ses 900 chevaux, nous ferons la traversée des îles en moins d’1h : nous ne sommes jamais allés aussi vite sur l’eau et le dos de Teo s’en rappelle encore ! Ambiance un peu fête foraine mais sensations garanties… Comme annoncé dans leur slogan « 3 days in 1 », nous aurons le temps de faire le tour des îles, du snorkeling… dans une eau à 18°C (autant vous dire que vous n’y restez pas plus d’un quart d’heure) et enfin déjeuner sur la plus belle plage du monde : Whitehaven beach et son sable plus blanc que blanc.

A la fin de la journée, nous nous ferons déposer, tels deux VIP, sur la plage du Long Island Resort où nous passerons la nuit avant de rejoindre le mythique Peppers Palm Bay. Au-delà des deux jours magiques passés sur l’île, voici deux petites anecdotes qui nous ont bien faire sourire (décalage entre backpackers et hôtel prestige oblige) :

- La 1ière anecdote est que nous sommes certainement les premiers clients à rejoindre l’hôtel à pied alors que la plupart des clients arrive en hydravion. On se rappellera de la tête de la réceptionniste nous voyant débarquer de “derrière les montagnes” avec notre sac à dos sur le dos

- La 2ème anecdote est, qu’après notre dîner romantique au bord de la piscine, nous serons tout ravis de nous faire une soirée DVD dans la salle home cinéma de l’hôtel. Un peu comme à la maison ! Etonnamment pour nous, personne ne l’avait réservée…

Cours de surf de Teo à Agnès Water (jour 10)

Motivé par le spectacle des surfeurs indonésiens, Teo s’était fait la promesse de prendre des cours de surf d’ici la fin de l’été. C’est à Agnès Water, spot réputé pour ses vagues idéales pour les débutants, que Teo s’initiera à ce fameux sport de glisse.

Après 15 minutes de technique présentées sur la plage par un surfeur fidèle à tous les stéréotypes (blond, cheveux longs, musclé, bronzé), il se lancera à l’eau et pratiquera pendant plus de deux heures. Il parviendra à surfer sa première vague dès son cinquième essai…. Si si on vous assure !!! Malheureusement, Amélie ne réussira pas à prendre la photo témoignage preuve de ses exploits… Il faudra nous croire sur parole ou patienter jusqu‘à notre retour pour qu’on vous montre la vidéo !

Hervey Bay et notre rencontre avec le ranger (jour 12)

A la nuit tombée, nous arrivons à Hervey Bay, connue pour l’observation de ses baleines et l’excursion sur Fraser Islands (une montagne de sable au milieu du Pacifique). Comme à notre habitude, nous nous installerons pour la nuit dans un parking désert avec vue sur mer. Au milieu de notre nuit, bien enfouis dans nos sacs de couchage, nous sommes réveillés brutalement à coups de coup de poings sur notre van, véritable caisse de résonnance. Nous comprenons vite la situation : garés illégalement pour la nuit, le ranger nous attend ! Que faire ? Selon Amélie, ne pas bouger pour lui faire croire qu’il n’y a personne à l’intérieur (difficile à faire quand le ranger persiste en augmentant la fréquence de ses coups). Selon Teo, sortir le plus vite possible et jouer le touriste naïf à l’anglais approximatif. Au bout de cinq minutes et un « Security, open the door » lancé par le ranger, nous finirons par sortir. Plus de peur que de mal. Alors que l’entretien semblait plutôt mal parti (le ranger nous menaçant d’une amende de 500$ pour un overnight stay illégal), le jeu d’acteur de Teo portera ses fruits : le ranger nous enverra passer la nuit à 5 kms de là sur un parking désert de la marina et nous fera très clairement comprendre qu’il est hors de question de nous revoir sur un parking de la ville. Cet épisode malheureux nous fera finalement économiser beaucoup d’argent : peu motivés pour rester dans cette ville hostile aux backpackers, nous boycotterons l’excursion des baleines et celle de Fraser. Soit plus de 500$ d’économisés à deux ! Heureusement, Tin Can Bay (à 30 minutes de là) et ses dauphins, ainsi que Rainbow Beach et ses falaises en arc-en-ciel, nous laisseront un souvenir tout aussi merveilleux…

Notre tournée des vins de la Hunter Valley (jour 15)

Après une journée entière passée sur la route (près de 13 heures à … 60 km/h en moyenne, 1h30 d’embouteillage dans Brisbane et un dej pique-nique sur la plage réputée de Byron Bay), nous faisons une halte bien méritée dans les vignobles de la Hunter Valley à quelques heures de route de Sydney (notre destination du lendemain).

L’objectif de cette journée dégustation sera de découvrir le cépage phare de la région : le shiraz. Nous visiterons ainsi trois grands vignobles : le domaine Wyndham (dont le fondateur fut le premier à introduire le shiraz dans la vallée en 1928), le domaine Rosemount / Lindeman (dont les vins remporteront plusieurs prix) et enfin le domaine Bimbadgen qui remportera nos suffrages. Nous achèterons ainsi une petite bouteille à partager avec nos futurs hôtes de Sydney (à notre habitude, nous choisirons un vin rouge fruité, mix entre les trois cépages régionaux shiraz, cabernet, merlot).

Grande découverte de cette journée : les vins pétillants, à boire, selon les Australiens, frais agrémentés de glaçons au bord de la piscine, qui finalement ne nous sembleront pas si mal que ça. Rassurez-vous, notre préférence reste les vins rouges traditionnels…

Cette journée se terminera par une nuit insolite au Water Garden à quelques kilomètres de là. En effet, le propriétaire de ce dernier, que nous rencontrerons lors de la recherche d’un endroit où dormir, nous offrira un bout de son terrain pour que nous y passions la nuit. Vraiment sympa !

Une réponse à to “Nos meilleurs moments sur la Côte Est (27 juillet)”

  • Zyz dit :

    J’espère que vous avez mis une petit bouteille de côté pour les trous du crus?

    Bon sinon, Teo, j’attends avec impatience la video de surf, car y arriver dés la 5e vague…

Laisser un commentaire