novembre 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Blog Post

La dernière étape de notre voyage commence. Nous venons de terminer notre mission humanitaire d'un mois à Bariloche (expérience géniale ! ) et faisons cap vers le Sud : Perito Moreno et Torres del Paine avant de remonter doucement vers Buenos Aires.

Pour ce qui est des réactualisations blog, le Pérou est finalisé et la Bolivie est en cours.

A très bientôt,
Amélie et Teo

PostHeaderIcon Les baleines à la Peninsula Valdes (1er dec)

On ne loupera pas les baleines cette fois-ci ! Pour des raisons économiques, on avait décidé de les squeezer à Harvey Bay en Australie. Là, la fin du voyage approche et il reste encore quelques sous sur le compte pour cet extra. Depuis le temps que l’on voulait les voir ! On a préféré loger à Puerto Piramides (plutôt qu’à Puerto Madryn), car on peut déjà les observer depuis la côte. C’est ce que nous ferons dès le lendemain, où nous partirons en ballade dans la Reserva Faunistica Peninsula Valdes. On y verra alpacas et … baleines depuis le haut des falaises. Une mise en bouche avant notre excursion en bateau en fin d’aprem ! D’ailleurs, on a failli ne jamais la faire car nous nous sommes quelque peu perdus … dans les dunes de sable, dignes du désert du Sahara. Arrivés à bon port, on enfile notre gilet de sauvetage pour monter dans notre embarcation de … 50 pers ! En effet, tout le monde se presse pour les voir, avant qu’elles ne repartent vers le large mi-décembre.

Pour la p’tite histoire, il faut savoir que l’espèce concernée est la baleine franche australe qui mesure en moyenne 12 m et pèse plus de 27 tonnes. Elles viennent au Printemps près de la côte pour se reproduire ou mettre bas car les eaux sont moins profondes et plus calmes qu’en Antarctique. La femelle, plus grosse que le mâle, s’accouple un an après avoir donné naissance à un petit. Pour choisir son partenaire, elle les laisse se « battre » afin d’identifier le plus vigoureux. Pendant la visite, la guide, qui est avant tout une scientifique, nous racontera qu’ils sont capables de les identifier grâce aux callosités noires qu’ils ont sur le corps et la tête (il s’agit en fait de parasites). De plus, dépourvues de dents, elles absorbent krill et plancton à la surface de l’eau, à travers les fanons qui pendent de leur mâchoire supérieure. Enfin, à la différence d’autres espèces de baleines, celles-ci retrouvent peu à peu leur équilibre. De notre côté, on aura l’occasion d’observer une baleine et son petit « blanc » (espèce rare) en train d’apprendre à évoluer dans l’eau. Forcément, après l’accouchement, il faut leur expliquer comment  se servir de leurs p’tites nageoires ! Maintenant, le nôtre semblait très à l’aise puisqu’il a commencé à jouer avec le bateau en y passant juste en dessous. Féérique ! Un vrai rêve de gosse de les voir de si près, même si, il faut le dire, notre conscience écologique en prend un coup ! Cependant, on a en enchaîné avec une bonne bière artisanale dans un troquet du coin, d’où l’on a vu débouler, avec leur voiture de loc, le couple d’italiens avec qui on avait sympathisé pendant le Torres ! Ok, on visite tous les mêmes choses, mais ca fait toujours bizarre (et plaisir) de se revoir quelques 2000 km plus loin ! Pour fêter nos retrouvailles, un « asado » (bbq) et une bonne bouteille de vin s’imposaient pour le diner! Le lendemain, avant de repartir vers le nord, on fera une nouvelle ballade, à la rencontre des éléphants et lions de mer. Ensuite, on prendra notre dernier bus de nuit du voyage (snif !) direction la playa à Villa Gesell, connue comme étant la station balnéaire la plus glamour d’Argentine.

  

  

  

  

  

  

  

  

Une réponse à to “Les baleines à la Peninsula Valdes (1er dec)”

Laisser un commentaire