1/ Notre bilan de l’Indonésie

Ce qu’on a aimé

- Le reggae balinais joué à la guitare par les serveurs des iles Gili à la nuit tombée

- Notre escale à Seraya, île quasi-déserte près de Flores, offrant un coucher de soleil magnifique

- Notre découverte en snorkeling des fonds marins indonésiens

- Les warungs, restaurants de rue au rapport qualité prix imbattable

- Les galeries d’art d’Ubud et leur style art moderne

- Notre virée de 3 jours en bateau à la recherche des « Komodo Dragons »

- La zen attitude des Balinais

- Les plages à Gili et Flores compensant plus que largement celles de Bali

Ce à quoi nous nous sommes habitués

- Les sollicitations non stop des balinais en préchauffe de la saison touristique à venir

- L’art de la négociation avec un prix annoncé 5 fois supérieur au prix réel et ponctué de « Morning price » et de « Money Lucky »

- L’appel à la prière à Lombok à 5h du mat’

- Les douches au mandi

Ce que l’on n’a pas aimé

- Les puces d’eau de la mer à Flores qui nous ont laissé quelques souvenirs post baignade

- La ville de Labuanbajo

- L’absence de papier toilette dans les guesthouses

- Les 2 roues à fond dans les ruelles de Kuta nous rasant de près

Notre best-of des guesthouses

1) Suji Bungalows (17 dollars la nuit sans petit dej, Bali) pour sa très belle piscine et ses bungalows traditionnels balinais

2) Nina Cottages (10 dollars sans petit dej, Gili Air) pour le charme de son bungalow (en dur) et sa position centrale sur Gili Air

  

3) Ellen hotel (10 dollars la nuit, Senggiggi) pour son excellent rapport qualité-prix

 

Quelques mots de vocabulaire

Bonjour : Selamat Pagi

Bonsoir : Selamat Malam

Au revoir : Selamat Tinggal

S’il vous plait : Tolong

Je vous en prie : Silakan

Excuse-moi : Ma’af

Pardon : Permisi

Merci : Terima kasih

Comment allez-vous ? : apa kabar ?

Ca va : Baik baik

Bon appétit : Selamat makan

A votre sante : Selamat minum

C’est très cher : Itu mahal sekali

Bankrut, bankrut : banqueroute (Quand on va trop fort dans la négo, voilà ce qu‘ils répondent)

Pour information, le bahasa indonesia est la langue officielle depuis l’indépendance (1945). Comme le malais, l’indonésien est une variation d’une même langue, le bahasa malayu, pratiquée dès le 7ième siècle dans l’archipel. L’indonésien est la 6ièmelangue au monde par le nombre ses locuteurs, qui dépasse largement les 200 millions. Transcrite en caractères indiens puis arabes, elle a été romanisée en 1928 sous la colonisation néerlandaise. L’Indonésie compte aussi plus de 250 langues et dialectes, parlés par plus de 300 groupes ethniques (sundanais, javanais, balinais …).

2/ Caractéristiques

Population : 245 millions d’habitants

Superficie : 2 028 000 km2 (environ 5 000 km d’est en ouest et 1 800 km nord-sud, soit presque 4 fois la France)

Nombre d’îles : 17 502 îles (soit l’archipel le plus grand de la planète) dont environ 6 000 habitées

Capitale : Jakarta (avec plus de 9 millions d’habitants)

Langue officielle : le bahasa indonesia (proche du malais) et 250 langues ethniques et dialectes

Régime politique : République dotée d’un régime présidentiel (Président élu en septembre 2004 : Susilo Bambang Yudhoyono)

Religion : 87% musulmans (1er pays musulman du monde avec environ 200 millions de croyants) avec l’islam sunnite officiellement religion d’état. Plusieurs minorités : 9% chrétiens (Sulawesi, Sumatra, Flores, Timor), bouddhisme et animisme (cf. influence de la diaspora chinoise), hindouisme (Bali)

Revenu mensuel moyen : 80 € pour un ouvrier et 800 € pour un cadre

Taux de change : 1€ = 11 000 roupies indonésiennes (rupiah)

Espérance de vie : 70 ans

Age moyen : 27 ans

Taux d’alphabétisation des adultes : …%,

3/ Drapeau

Il est appelé « Sang Saka Merah Putih » (« le noble et bicolore rouge et blanc »). Sa largeur est égale au deux tiers de sa longueur comme stipulé dans la constitution indonésienne (3m sur 2m). Pour la petite histoire, il a été hissé la première fois le jour de la reddition japonaise.

4/ Plats typiques :

- Nasi Goreng (plat national) : riz frit avec des œufs, et des petits morceaux de viande et de légumes ou encore de crevettes

- Bakmi Goreng : nouilles frites avec légumes

- Ayam Goreng : poulet frit

- Ayam Batutu (spécialité de Bali) : poulet farci grillé, servi avec des légumes, du tapioca et de la noix de coco

- Saté ou Satay : petites brochettes de poulet, porc… cuites sur la braise et servies avec une sauce aux cacahuètes ou au soja

- Gado Gado : salade de légumes cuits et de pousses de soja accompagnée d’une sauce aux cacahuètes

- Curry de viande (chicken curry) ou végétarien (pumpkin curry)

 

- Urap Urap : délicieux mélange de noix de coco, haricots, ou autres légumes finement hachés et parfumés d’épices et de piments (spécialité des îles Gili)

- Olah Olah : légumes cuits à la vapeur et servis dans une sauce noix de coco (spécialité des îles Gili et plat favori d’Amélie)

 

- Soto : bouillon dans lequel baigne un peu de tout (légumes, vermicelles, boulettes de viande ou de poisson, riz…)

- Cap Cai : sorte de chop suey, mélange de légumes généralement non pimentés

- Lontong : riz aggloméré sous forme de cubes, cuit à la vapeur et servi dans des feuilles de bananiers

- Krupuk : chips de crevette ou de poisson (très appréciées de Teo)

- Plein de jus de fruit dont le jus d’avocat généralement mélangé à de la poudre de chocolat, ce qui lui donne au final un petit goût de marrons glacés

- Et de desserts : banana pancakes, crêpes indonésiennes…

   

5/ Artisanat et marché local

     

  

- Batik : procédé d’impression d’une étoffe fondé un système simple : les parties qui ne doivent pas être colorées sont enduites de cire avant d’être trempées dans la peinture

- Kain Ikat : tissu pour les vêtements fabriqué à partir de fils teints un par un et tissés ensuite selon des motifs propres à l’Indonésie. Ces tissus auraient des pouvoirs magiques : immuniser contre les maladies, éloigner les mauvais esprits

- Kriss : couteau à la lame généralement ondulée (issu de la civilisation malaise)

- et marionnettes, masques, sculptures sur bois et bien sûr les fameux sarongs

6/ Particularités :

- L’Indonésie possède la plus grande fleur du monde : la rafflesia. Elle peut atteindre 1m de diamètre et se trouve dans la forêt tropicale de Sumatra

- Les combats de coqs, officiellement interdits depuis 2002 et autorisés uniquement lors de certaines cérémonies religieuses, restent encore très pratiqués. Notre chauffeur balinais Made nous racontera que certains balinais peuvent parier plusieurs millions de rupiahs (i.e., plusieurs centaines d’euros, soit parfois plus d’un mois de salaire). Aussi, il nous confie que les coqs sont choyés par leur propriétaire : repas énergétiques, massages… Pour info, les combats ne dépassent pas les 30 secondes et se soldent nécessairement par la mort d’un des deux coqs (cf. chacun est armé d’un ergot métallique coupant comme un rasoir attaché à l’une de ses pattes)

- Beaucoup de danses traditionnelles, une cinquantaine parmi lesquelles, le Legong (danse divine au son du Gamelan et créée pour des nymphes par le dieu Indra) et le Kecak (chœur de 150 chanteurs, chargés d’incarner l’armée des singes du Ramayana)

 

- Le gamelan est un instrument traditionnel balinais proche du xylophone

   

- Le moyen de transport local est un petit minibus d’une capacité d’une dizaine de personnes, appelé Bemo et les guesthouses traditionnelles s’appellent des Losmen

- Le cerf-volant est très populaire. Il constituerait une façon d’amadouer le dieu Rare Angon pour obtenir de meilleures récoltes

- Les bateaux de pêche sont des Prahus (élégantes pirogues à balancier avec voile triangulaire)

7/ Petites anecdotes / ce que l’on a appris sur le pays :

- L’Indonésie dispose de ressources agricoles / minières importantes : 3ième producteur mondial de riz et de café, 7 ièmepour le thé et 8ième pour le pétrole. Au niveau touristique, elle affiche environ 6 millions de visiteurs par an (principalement Bali, Lombok et Sulawesi)

- A ne pas faire : discuter les main sur les hanches, car c’est le geste utilisé par les Balinais pour défier quelqu’un avant de se battre

- Lombok signifie piment en javanais, appartient à l’archipel des petites iles de la Sonde (Nusa Tenggara) et est habitée à 90% de sasaks musulmans

Et en particulier sur Bali :

- La légende de création de Bali : selon l’une des légendes sur la naissance de Bali, l’ile aurait été plate. Les dieux hindous, fâchés de l’influence musulmane à Java, vinrent installer leur résidence et leur trône à Bali. C’est ainsi que naquirent les volcans Batur (1717 m), Batukau (2315 m) et Gunung Agung (3142 m)

- Beaucoup de cérémonies et de fêtes dans l’année balinaise, en particulier celle du limage de dent qui marque l’entrée de l’adolescent dans le monde adulte et consiste à égaliser 6 dents correspondant à 6 défauts : paresse, jalousie, cupidité, colère, indécision, indifférence

- Les balinais, hindous, croient aux esprits et à la réincarnation (la pire étant le chien)

- Les crémations sont très pratiquées à Bali (cf. religion hindouiste). En effet, la crémation est un devoir sacré car tant que le corps n’est pas brûlé, l’âme erre et peut faire du mal. En principe, elle doit avoir lieu 42 jours après le décès pour que le cycle de la vie accomplisse sa boucle parfaite (l’âme immortelle libérée de son enveloppe charnelle peut renaitre sous une nouvelle forme). Cependant le coût de cette cérémonie oblige souvent les familles à attendre plus longtemps ou à organiser des crémations collectives

- L’hindouisme à la balinaise est très différent de celui pratiqué en Inde car il a été influencé par le bouddhisme, l’animisme et le culte des ancêtres. On croit en Ida (dieu suprême), mais aussi comme en Inde, en Brahmâ (créateur), Vishnu (conservateur et protecteur) et Shiva (transformateur). Parmi les divinités communes, on retrouve Ganesh (dieu à la tête d’éléphant) et Garuda (la monture de Vishnu). Partout dans les rues et dans les temples, se trouvent les offrandes effectuées quotidiennement par les Balinais

  

 

- Héritage de la religion hindou, il y a 4 castes à Bali : Brahmane (religieux), Satria (rois et guerriers), Vesia (nobles) et Sudra (paysans) ; chacune avec son langage, ses symboles et ses prénoms types. Par exemple, au sein de la caste des Sudra (90% de la population), 4 prénoms : Wahan (pour l’aîné), Made (pour le 2ième enfant – vous reconnaitrez le nom de notre chauffeur balinais qui est effectivement le 2ième enfant de sa famille), Nyoman (3ième) et Ketut (4ième) et ensuite on recommence…

8/ Idées de prix :

- Bouteille d’eau : 3 000 RPS (soit 0,30€)

- Thé : 3 000 RPS

- 1h d’Internet : 6 000 RPS

- Carte SIM téléphone : 5 000 RPS (soit 0,50€)

- Trajet en bus : 60 000 RPS (Kuta Bali-Padangbai, soit 3h de route)

- Guesthouse bon marché : entre 100 000 et 130 000 RPS

- Plat typique (gado gado) : de 12 000 à 25 000 RPS selon le lieu (touristique ou pas…)