1/ Notre bilan de la Bolivie 

Ce qu’on a aimé 

- Notre expérience Wwoofing chez Dieter et Anke 

- Les répétitions de danse de notre serveur et de notre cuisto en préparation du festival de La Paz 

- Les paysages magnifiques de la Isla del Sol (une île à 4 000m entourée d’eau et de montagnes), du Salar et surtout du Sud Lipez (les plus beaux de notre voyage) 

- La ville de la Paz avec ses marchés (pour nous, la plus belle capitale de notre voyage) 

- Les costumes traditionnels des choletas avec leur look complètement dépareillé (mêlant jupe traditionnelle, pull en laine et chapeau melon) 

- Nos deux jours dans la jungle bolivienne avec, en particulier, la night walk à la recherche des mygales et la séance d’artisanat où nous fabriquerons des bagues à partir des noix de coco 

- La jarra de limonada 

Ce à quoi nous nous sommes habitués 

- L’altitude 

- Leur goût pour Lionel Richie 

- Prendre des pauses express pendant les trajets en bus de peur que le chauffeur ne parte sans nous ou courir très vite pour rattraper le bus déjà parti 

- Voir les djeuns se bécoter sur les plazas de armas 

Ce que l’on n’a pas aimé 

- Les moustiques de la jungle et surtout de la quinta de Santa Rosa

- Les douches électriques avec leur petit coup de jus à chaque démarrage

- La musique à fond dans les bus locaux (surtout quand nous sommes assis juste en dessous du seul haut parleur qui fonctionne)

Notre best-of des guesthouses (prix hors petit dej)

- El Solario (60B avec bano compartido, La Paz) pour sa position centrale à prix modique dans le centre de La Paz, son wi-fi jusqu’à minuit et son ambiance très djeuns cool (guitare, djembé…)

 

- El 6 de agosto (50B avec bano privado, Copacabana) pour les bons plans de son patron et notre soirée bière terrasse avec vue sur le coucher de soleil du lac Titicaca

 

- Chambre chez l‘habitant (30B avec bano compartido, Isla del Sol) pour sa couleur détonnante rose bonbon et la tranquillité de ses proprio

 

Cela est bien entendu sans compter sur le fabuleux accueil que nous ont réservés Dieter et Anke mais ces derniers seront pour nous bien plus qu’une simple guesthouse

Quelques mots de vocabulaire

Toujours les expressions d’espagnol typiques utilisés par Teo qui passe cette fois-ci le niveau 2 (vous remarquerez la dose de vocabulaire agricole, 2 semaines dans une quinta oblige)

- En Santa Rosa, siempre llueve menos que en Santa Cruz

- En Bolivia, se necesita mucha plata

- Para saber lo que piensa el caballo, se necesita mirar a sus orejas

- Hoydia, he ordenado cuatro vacas

- Tranquilo ! (expression préférée de Freddy, notre guide dans le salar d’Uyuni)

2/ Caractéristiques

Population : 10 millions d’habitants (vs 3 millions de lamas – à vérifier)

Superficie : ~1 100 000 km2 (soit deux fois la France)

Capitale : La Paz (avec 830 000 habitants et à 3 660 mètres d‘altitude)

Point culminant : Nevado Samaja (6 542 mètres)

Langue officielle : Espagnol (et 35 langues indigènes)

Régime politique : régime présidentiel avec Evo Morales à sa tête depuis décembre 2005 (premier président indigeno)

Religion : ~95% catholiques

Cultures : plus de 60% d’indigènes (dont dans les highlands : Quechua (30%) et Aymara (25%), et dans les lowlands : Guarani et Chiquitanos)

Revenu moyen : 900 dollars par an (soit 75$ par mois)

Taux de change : 1€ ~ 10 bolivianos

Espérance de vie : 65 ans

Age moyen : 22 ans

Population en dessous du seuil de pauvreté : 64%

Taux d’alphabétisation des adultes : 87%

3/ Drapeaux

- Le drapeau bolivien est composé de trois bandes de couleurs : le rouge représentant le sang des patriotes s’étant battus pour l’indépendance du pays, le jaune pour la richesse minérale du pays et le vert pour la richesse végétale. Au centre : la fameuse montagne de Potosi (symbole de la Bolivie selon notre guide de Sucre)

- Récemment, le drapeau Wiphala (adopté par la communauté indigène des Aymara) a été choisi par Evo Morales pour devenir le drapeau officiel de la Bolivie (rappelez-vous, Evo Morales, premier président indigène de la Bolivie… c‘est logique !)

- L’écusson de la Bolivie que nous retrouvons sur les pièces de monnaie et dans les grands bâtiments officiels avec : le condor symbole de la liberté, le lama symbole de l’altiplano, le palmier symbole des régions littorales, les étoiles représentant les différentes provinces (dont une pour la région littorale perdue au profit du Chili… comme quoi, les Boliviens n’ont pas complètement abandonné cette région clé pour leur économie) et au centre le Cerro Rico (montagne de Potosi, célèbre pour ses mines d’argent)

4/ Plats typiques

- Palta

- Sopa de quinoa (la célèbre céréale qui n’en est pas une)

- Saltena (empanada bolivienne)

- Asado de res (viande bœuf cuite au barbecue)

- Pimiento de res (viande de boeuf avec une sauce traditionnelle pas si piquante que ça)

- Lasagnas de lama (demandez à Teo pour plus de détails…)

- Le choripan (cf. chorizo : spécialité de Sucre)

 

- El aji : piment très « goûtu » et pas si fort pour nous Européens, et que les Boliviens rajoutent à toutes les sauces….

- Api con pastel (boisson issue de maïs de couleur blanche ou bordeau ou les deux accompagnée d’un gâteau : dessert très bon à notre goût!)

- Les yaourts Pil (qui détient un vrai monopole de tous les produits laitiers !)

- Jarra de limonada (souvent à prix modique dans les restau)

- La chicha (boisson à base de maïs)

- Et tous les jus de fruit frais pris dans les marchés (avec de l’eau ou du lait) ; en particulier le tumbo (proche du fruit de la passion), la maracuya et le mocochinche (un jus très sucré à base de pêche, cette dernière flottant deshydratée dans le fond du verre)

  

  

- Et enfin les énormes gâteaux qui font le bonheur de Teo…

5/ Artisanat et marché local

- Tous les accessoires possibles et inimaginables en laine d’alpaca : bonnets, gants, chaussettes, pull, manteau, sacs…

 

- Instruments de musique traditionnels : comme au Pérou, nous retrouvons la quena (flûte), la zampona (flûte de pan) et le charango (petite mandoline à 10 cordes)

- Les mobiliers en bois de cactus

- et au witches’ market de la Paz : les fœtus de lama et remèdes naturels à toutes sortes de maux (mal de dos, troubles sexuels, …)

  

6/ Particularités

- Le fœtus de lama constitue une offrande à La Pachamama et s’enterre généralement en dessous de sa nouvelle maison. Cette offrande à la Terre Mère est censée apporter chance et fertilité des terres

- Le costume traditionnel des Choletas se remarque dès le passage de frontière. Imposé au 18ème siècle par le roi d’Espagne, il constitue aujourd’hui un symbole de l’identité bolivienne. Ce costume se compose du chapeau melon (posé en équilibre), de deux longues nattes jointes par un pocacha (élastique de laine noire), de la jupe pollera (arrivant au niveau des genoux et avec plusieurs jupons pour donner du volume), d’un chemisier, d’un pull en laine (chompa), d’une veste courte et d’un tablier en coton (apron) pour parfaire le tout. Enfin, un châle (manta) est rajouté sur les épaules !

- l’aguayo est un morceau d’étoffe rectangulaire (1m x 1m50) aux couleurs vives et horizontales. Il est utilisé par les choletas pour transporter marchandises, bagages et… bébés

- Le nom La Bolivie a été donné en hommage au libérateur de l’Amérique Latine Simon Bolivar. Du temps de la colonisation espagnole, la Bolivie était connue comme le « Haut Pérou » ou « Charcas ». Auparavant, elle appartenait bien entendu à l’Empire Inca

- La constitution bolivienne de 2009 reconnait 35 langues officielles. A l’école, pas d’anglais au programme mais l’espagnol et une langue indigène (à choisir en fonction de ses origines)

- Le soja est le plus grand produit d’exportation de la Bolivie mais cette plante est malheureusement très nocive pour l’environnement en général et la forêt amazonienne en particulier (détruite à coup d’incendies volontaires pour augmenter les surfaces cultivables)

- La Bolivie est un des pays les plus pauvres de l’Amérique Latine et pourtant un des plus riches en ressources naturelles (lithium, gaz naturel, étain, argent, …)

- La Bolivie est le pays où a été tué le Che, d’où pour les touristes la route du Che Guevara (qui parcourt l’Est de la Bolivie) ou pour les jeunes révolutionnaires, de nombreux événements en l’honneur de leur idole disparue

7/ Petites anecdotes / ce qu’on appris sur le pays :

- La Bolivie est une terre de diversité en termes de… climat (0°C à Uyuni vs 35°C à Santa Rosa ou Rurrenabaque), …géographie et de végétation (montagne de la Paz et du Sud Lipez vs jungle du rio Beni vs pampa de Santa Cruz) mais aussi de… cultures : Aymara vs Quechua

- Evo Morales, réélu Président de la Bolivie en 2010, restera, pour nous, un personnage très controversé. Il est connu dans le monde entier pour son discours aux Nations Unies sur la feuille de coca dont il rappellera à tous la couleur (verte et non blanche). D’un côté, nous lirons que sa prise de position pour le maintien de la culture de la coca et les diverses politiques passées en faveur des Indigènes, majoritaires dans le pays, lui vaudront un fort soutien parmi les Boliviens (cf. nouvelle constitution approuvée par référendum à 67%). Mais de l’autre, toutes les personnes que nous rencontrerons auront un avis fortement critique sur ses réalisations : son manque de vision pour développer le pays, les nationalisations faisant fuir les investisseurs étrangers, son manque de popularité parmi les middle / high classes (cf. émeute à Santa Cruz en 2008 et tentative d’assassinat en 2009), son « incapacité » à enrayer le trafic de cocaïne, ses relations politiques très fortes avec des leaders de gauche plutôt autoritaires (Chavez, Castro, …)

- Les différentes fêtes célébrant les batailles d’indépendance s’étalent tout au long de l’année selon les villes : Potosi, Sucre, Santa Cruz, La Paz… Marrant !

- La Bolivie reste un pays très jeune : indépendant en 1825, il a perdu, 100 ans plus tard, la moitié de son territoire suite aux différentes guerres avec le Chili, l’Argentine, le Paraguay… Encore aujourd‘hui, il semble que la capitale ne soit pas encore fixée pour tout le monde (cf. Sucre vs La Paz)

- Les cireurs de chaussures font légion dans les grandes villes mais avec une particularité : tous disposent d’une cagoule (moyen pour les cireurs de chaussure de ne pas s’abaisser en public au pied de quelqu’un d’autre)

- Enfin, si le costume des Choletas nous a semblé des plus traditionnels, les nombreux combats de « Choletas’ wrestling » nous le sembleront eux nettement moins

 

- Le sport national est bien entendu le futbol

 8/ Idées de prix :

- Bouteille d’eau : 5 bolivianos (soit 0,50€)

- Thé : n.a.

- 1h d’Internet : n.a. (beaucoup de guesthouses le proposant gratuitement)

- Carte SIM téléphone : n.a. (pas cher à ce qu’on a lu dans le guide mais nous n’en avons pas éprouvé le besoin)

- Trajet en bus : 60B pour les bus locaux -100B pour les bus semi-cama (trajet de nuit 16-18h)

- Guesthouse bon marché : 50B

- Plat typique (menu) : de 10B pour un menu ou un repas pris au marché à 40B pour un dîner à la carte